La Basilique - Pro Loco Lorette

1993-2018
25 anneés
de présence
Pro Loco "Felix Civitas Lauretana"
info@prolocoloreto.com
Aller au contenu
Info Lorette > Choses à voir
Pour conserver le mieux possible la Santa Casa, à partir de 1469 on a commencé à construire la Basilique par la volonté de Pape Paul II. La Santa Casa  est incorporée au centre de la Basilique, comme une pierre précieuse, le contraste entre la beauté et le raffinement des oeuvres qui l’entourent rend encore plus suggestif l’interieur, humble et au crépuscule de la relique sacrée.
 
Ici sous les yeux de la Madone noire, le plus grand sentiment est celui de se fier à la volonté de Dieu. En ce lieu depuis des siècles on compte sur la garde celeste à travers la Vierge, mère de Dieu. L’emplacement sacré est gardé et protégé comme un coffre d'un revêtement en marbre. L'oeuvre sculpturale qui compose le revêtement est à considérer indiscutablement entre les principales plus belles et complexes de la Renaissance italienne. Il a été conçu par Donato Bramante (1506) à l’image de la “Ara Pacis” et voulu par Giulio II. Pour mener à bien l'oeuvre il a fallu 70 ans et le talent de beacoup de sculpteurs parmi lesquels: A. Sansovino, B. Bandinelli, R. da Montelupo, N. Tribolo, F. da Sangallo, D. D'Aima, les frères Lombardo et les frères Della Porta, A. da Sangallo.
 
Les figures sculptées renvoient aux prophéties du monde juif et du monde païen relatives à l’arrivée du Messie, porteur de sauveur, et à travers une trence de vie de la Vierge. L'Annonciation de Sansovino est considérable, que agit comme une retable d’autel majeur; à l’arrière du complexe a été sculpté la traslation de la Santa Casa
 
 
Le dôme a été fresqué par Cesare Maccari entre 1890 et 1907. Le magnifique cycle de la Glorification de la Vierge représente les litanies de Lorette. Le quarante-six invocations à la Vierge apparaissent écrites sur des rouleaux soutenus par des anges, représentées dans des tabernacles avec des symboles de l’Ancien Testament et exprimées par les hiérarchies célestes. Ces peintures ont rrremmmplacé les fresques du Pomarancio considérablement détériorés par le temps.
 
 
Les neuf chapelles absidales disposées autour de la Santa Casa ont été fresquées à la fin du XIXe siècle avec la contribution des catholiques de plusieurs pays, c’est pourquoi aujourd’hui elles sont consacrées à ces pays. Des peintres importants ont participé à la décoration: L. Seitz, M. Faustini, C. Donati, A. Gatti, B. Biagetti, C. Lameire, B. Steffanina.
 
 
Les restaurations intégraux des espaces autour de la Santa Casa ont épargné seulement la Chapelle des Ducs de Urbino qui conserve les fresques de Taddeo Zuccari remontant à 1582 et les magnifiques enduits de Brandani.
 
 
Le retable, la Visitation peinte par Federico Barocci en 1580, est conservé dans les Musées Vaticani. A Lorette il y a une copie en mosaïque datant du XVIIIe siècle.
Sacristie de Saint Luc  est décoré avec des magnifiques armoires sculptés du XVIe siècle. D’ici on passe pour accéder dans la Crypte du S. Crucifix.
 
Sacristie de Saint Marc. La Sacristie de Saint Marc est une des quatre sacristies du sanctuarie de la Santa Casa à Lorette. Il accueille un remarquable cyclo de fresques de Melozzo da Forlì, datant de la fin du XVe siècle. Il est l’un des premiers exemples de dôme décoré tant avec des figures que avec des faux éléments architecturaux illusionistiques. Melozzo représente des anges qui soutiennent des instruments de la Passion et des Prophètes dans la Voûte, et l'Entrée de Jésus a Jérusalem sur les parois.
 
Sacristie de Saint Jean. La sacristie a été decorée dans la seconde moitié des années soixante-dix du XVe siècle, commandités de Girolamo Basso Della Rovere, qui a eu juridiction sur Lorette de 1476 à 1506 et il a été cardinal depuis 1477: ses armoiries se voient au centre de la voûte.
 
L'oeuvre fut confiée au jeune Signorelli parce que il a été connu à l’époque dans les Marches, comme un des meilleurs apprenants de Piero della Francesca, capable de synthétiser plusieurs stimules artistiques qui animaient le centre de l'Italie à l'époque. Le peintre représente des anges musiciens sur la voûte, les Apôtres et l’incrédulité de Saint Tommaso sur les parois, et la conversion de Saul sur le surporte. Les Monochromes qui se trouvent sur la voûte de la nef central de la basilique sont aussi de sa propre main. Chapelle du Baptistère elle est la première chapelle à gauche, elle a la voûte peinte du Pomarancio et Font baptismaux en bronze de Tiburzio Vergelli, travaillé entre le 1600 et le 1607. Couloir de la Sacristie Nouvelle décorée avec des élégantes stucs de F. Selva (XVIIe siècle), préserve en outre une collection de peintures de différentes artistes y compris Guido Reni et Simone Cantarini.
 
Sacristie Nouvelle ou Crypte. De transept gauche on accède à la monumental Crypte, voulue par Pape Clemente VIII pour accueillir la quantité énorme de dons votives. Le trésor a été pillé souvent, en particulier par Napoléon, en 1797, qui a enlevée les meilleurs et plus précieux choses avec le Traité de Tolentino. Les objets le plus importants restés sont conservés dans le Musée Pinacothèque de la Santa Casa que a son siège dans le proche Palazzo Apostolico.
 
La Salle, avec une majestueuse voûte en ogive, a été decorée avec des stucs et des fresques par Cristoforo Roncalli dit le "Pomarancio", qui entre le 1605 et le 1610 y a peint les vives “Scènes de la vie de Marie” alternés avec six Prophètes et autant de Sybilles.
 Basilique inférieure ou Crypte des Saints Pèlerins: le large cadre a été recupéré à l’occasion du Jubilé de l’an 2000. L'autel a été réalisé rattrapent des mensolini anciens. La croix processionale a été créée par Valeriano Trubbiani et donée de l’Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Le porte d’entrée sur laquelle est représentée l'Annonciation avec les portes fermées, le Transport de la Santa Casa et la Vierge Lauretana avec les portes ouvertes, est le travail de Massimo Aranci.
Retourner au contenu